Sylvie Vartan au Palais des congres 1983

En 1983, Sylvie Vartan chante au Palais des Congrès tous les soirs pendant 11 semaines. Un record !


Extrait Journal le Monde


SYLVIE VARTAN AU PALAIS DES CONGRÈS Strass, tonnerre et nostalgie

Par CLAUDE FLÉOUTER.Publié le 14 septembre 1983


Depuis que la machine à disques s'est mise à marcher pour Sylvie Vartan, celle-ci a habilement multiplié ses images, menant son aventure avec une tête bien faite et également bien pleine de détermination, de patience, et habitée par le métier du spectacle. Le besoin de s'affirmer qui a amené Sylvie Vartan à se remettre perpétuellement en cause l'a conduite à présenter régulièrement, depuis le début des années 70, des shows qui ont l'air de se jeter les uns les autres comme des défis de somptuosité et de charme.

Le spectacle actuel du Palais des congrès continue bien sûr à vendre du rêve et du bonheur à travers des sons et des lumières, des couleurs et des mouvements. Les producteurs n'ont pas lésiné sur les moyens en jouant sur la multiplicité des décors, en construisant une passerelle en spirale descendant des cintres, en faisant appel aux éclairs, au tonnerre, à la pluie et au strass.

Plus sereine, presque décontractée quand elle n'est pas toute en passion et en émotion, Sylvie Vartan développe le long de son show une palette extrêmement large, avec une diversité musicale heureuse. Comme toujours, chaque chanson est mise en scène et constitue en soi une petite histoire. Vartan a abandonné le style psychodrame de son répertoire, mais reprend le plus beau titre de son précédent spectacle (Aimer, de Jean-Loup Dabadie) et chante joliment Tomorrow, manana. Toute la première partie du show est menée tambour battant avec une petite troupe de danseurs sélectionnés dans le cours créé à Paris par la chanteuse il y a un an.

Savoureuse dans une séquence rock, style gomina, elle pétille de vivacité et de grâce dans des chansons-jeux, elle a le sourire amusé quand elle ressuscite un instant son premier style, à l'époque des copains et des " yé-yé ".

Toute la deuxième partie est consacrée à un mini-récital en forme de soleil, de nostalgie et d'amour.



Cliquez sur la photo pour agrandir .............